Sep 24, 2017 Last Updated 9:37 PM, Sep 16, 2017

Les trésors de Zarathoustra

Publié dans Philo

Le Zarathoustra de Nietzsche est un livre énigmatique. Dépourvu d'argumentation, de trame ou d'enchainement logique entre les parties,  Ainsi parlait Zarathoustra est un ouvrage mystérieux dont la signification de certains passages est extrêmement cryptée. Nietzsche utilise un nombre incalculable d'allégories et de symboles dont lui seul connait le sens profond. Dans une lettre à son ami Franz Overbeck il écrit: «  Mon Zarathoustra est incompréhensible parce qu'il a une quantité d'expériences vécues que je n'ai partagées avec personne ».

Ce « livre pour tous et pour personne » s'adresse en réalité à ceux qui sont capables de lire par-delà le texte. Nietzsche l'a dit lui-même, il ne s'adresse pas à tout le monde: « Ce n’est pas à la foule que doit parler Zarathoustra, mais à des compagnons ! Zarathoustra ne doit pas être le berger et le chien d’un troupeau ! C’est pour enlever beaucoup de brebis du troupeau que je suis venu. Le peuple et le troupeau s’irriteront contre moi : Zarathoustra veut être traité de brigand par les bergers. »

Zarathoustra annonce l’évangile des nouvelles valeurs, la venue du surhumain et l’éternel retour. Et pour cela il faut tout détruire pour tout reconstruire. Le mode d’emploi est exprimé dans l’allégorie des trois métamorphoses de l’esprit : « Je vais vous dire trois métamorphoses de l’esprit : comment l’esprit devient chameau, comment le chameau devient lion, et comment enfin le lion devient enfant ».

Le chameau représente le conformisme de celui qui vit dans le "temps du subir". Il porte sa charge (images des valeurs morales) et s’agenouille afin de maltraiter son orgueil. Il s’en va dans le désert c’est à dire dans sa solitude pour devenir le lion. Le lion est semblable à celui qui détruit sauvagement cet ancien fardeau afin de créer sa liberté. Enfin l’esprit qui devient enfant crée de nouvelles valeurs. L’enfant représente aussi le moment du consentement de celui qui connait la vérité de l’eternel retour et s’y consent. L’enfant dit oui au monde tel qu’il est, dans la joie come dans la douleur. C’est la grande leçon des stoïciens que Nietzsche reprend à son compte : consentir à l’impérieux et à tout ce qui advient, ne pas vouloir un autre monde autre que celui-ci, aimer ce que l’on a quand on n’a pas ce que l’on veut.

Le livre est un condensé de la philosophie nietzschéenne qui exprime sa pensée par un langage débordant de symboles. Sous la plume de Nietzsche le personnage de Zarathoustra, emprunté au sage iranien du VIe siècle qui a fondé la religion perse, ressemble étrangement à un prophète biblique; comme les prophètes il s’adresse à la foule et annonce la bonne nouvelle du salut. Mais contrairement aux prophètes traditionnels, il annonce la mort de Dieu et délivre un message au contenu subversif.

Dans Ainsi parlait Zarathoustra, la littéralité n'a pas droit de cité: tout est allégorie, la réalité est travestie afin de produire un sens plus profond. Voici un exemple: au début du livre Zarathoustra traine après lui un cadavre qu’il va devoir abandonner pour aller retrouver d’autres compagnons qui eux sont vivants :

« Et toi, mon premier compagnon, repose en paix ! Je t’ai bien enseveli dans ton arbre creux, je t’ai bien abrité contre les loups. Mais je me sépare de toi, le temps est passé. Entre deux aurores une nouvelle vérité s’est levée en moi. Je ne dois être ni berger, ni fossoyeur. Jamais plus je ne parlerai au peuple ; pour la dernière fois j’ai parlé à un mort. Je veux me joindre aux créateurs, à ceux qui moissonnent et chôment : je leur montrerai l’arc-en-ciel et tous les échelons qui mènent au Surhumain.  Je chanterai mon chant aux solitaires et à ceux qui sont deux dans la solitude ; et quiconque a des oreilles pour les choses inouïes, je lui alourdirai le cœur de ma félicité. Je marche vers mon but, je suis ma route ; je sauterai par-dessus les hésitants et les retardataires. Ainsi ma marche sera le déclin ! ».

Que peut vouloir dire ce passage mystérieux ? Voici une proposition d’interprétation : le cadavre symbolise l’instinct de mort et les anciennes valeurs du christianisme que Zarathoustra abandonne pour suivre sa propre voie vers le surhumain, c’est-à-dire celui qui doit se dépasser pour se réaliser et qui connait la nature de la réalité : la vérité de l’éternel retour, le consentement au réel et la volonté de puissance…

Zarathoustra est un poème lyrique et ontologique qui mêle rêves, personnages fantastiques et paraboles en tout genre. Et on y trouve beaucoup d’animaux. Les animaux parlent et portent la sagesse nietzschéenne. L’aigle, le serpent et la vache jouent un rôle considérable. L’aigle est l’animal du ciel et des sommets, il accompagne toujours Zarathoustra vers la solitude des sommets. Le serpent, parce qu’il a le ventre au sol est celui qui a le sens de la terre. Il change de peau, mais reste le même. Il peut former un cercle en se mordant la queue pour signifier l’éternel retour.  Quant à la vache, elle est l’animal qui rumine. Pour celui qui suit sa route, la nourriture spirituelle doit sans cesse lui revenir à la bouche afin de les mastiquer pour en extraire les sucres…

Ainsi de suite, on peut tirer une infinité de leçon de sagesse de Zarathoustra si on le lit comme l’a pensé son auteur. A ce propos voici ce qu’à écrit Nietzsche dans Ecce Homo :

« Parmi mes œuvres, mon Zarathoustra occupe une place à part. En l'offrant à l'humanité, je lui ai fait le plus grandiose présent qu'elle ait jamais reçu. Ce livre, dont la voix porte au delà des millénaires, est non seulement le livre le plus haut qui soit, le vrai livre de l'air des cimes, c'est aussi le plus profond jamais surgi des trésors les plus secrets de la vérité, un inépuisable puits où nul seau ne descend qui ne remonte chargé d'or et de bonté. » 

Dernière modification le mardi, 28 février 2017 21:08
Guy Ferolus

Je suis un fragment de cosmos né sous un ciel tropical de l’autre côté de l’Atlantique dans un Archipel quelques poils au sud de chez l'Oncle Sam. Depuis des temps immémoriaux, j’ai ma piaule à Paris et la tête dans les nuages.

Site internet : guyheff.fr

K2 Comments