Oct 24, 2017 Last Updated 9:37 PM, Sep 16, 2017
Blog

En 1982, lorsqu’il obtint le prix Nobel de littérature, Gabriel Garcia Marquez prononça son discours , « La solitude de l’Amérique Latine », où il convoqua « le mythique Alvar Nuñez Cabeza de Vaca » qui « explora durant huit ans le nord du Mexique ».

Huit mille kilomètres à pied d'une côte à l'autre d'Amérique, à la rencontre des cultures pillées par les Espagnols de Charles Quint. Comme seul héritage de certaines époques tourmentées, notre mémoire collective n’a retenu qu’une complainte accablante : celle des peuples exterminés, torturés, rendus anonymes par l’expansion dévastatrice d’un Occident sûr de sa mission. Le silence a peuplé les vastes espaces que ces civilisations occupaient. Aujourd’hui nos imaginations sont condamnées à l’euphémisme : massacres, épidémies, trahisons dépassent en nombre notre petit entendement.

Les plus consultés

Grand entretien avec Alain Deneault : « L'art du diagnostic » au service du commun
Rencontre avec Guillermo Pisano

Le réveil de Médiagonal

05 Mar 2017 Éditorial

Les trésors de Zarathoustra