Jun 27, 2017 Last Updated 2:29 PM, Apr 22, 2017

Le réveil de Médiagonal

Publié dans Éditorial

Une bouteille à l'océan, un signal de fumée, le reflet d'un miroir qui essaie de jouer avec le soleil... un signe de vie qui indique la présence d'un naufragé, plus ou moins volontaire, sur une île, plus ou moins lointaine... Peut-être pourrait-on proposer cet étrange parallèle, pour fêter le réveil de Médiagonal après cinq ans de sommeil ! Ce petit projet éditorial, piloté par la volonté de quelques amis et collaborateurs, s'attaque en effet à des défis « vieux comme le monde numérique ».

En effet, au milieu d'un océan infini de paroles, d'images et de sons, vaut-il la peine de vouloir ajouter sa voix au chapitre ? Quand notre « boussole de bon sens » s'affole comme une girouette, peut-on tout de même avancer dans une direction ? Le scintillement cru des mirages, qui semblent à chaque instant façonner la mémoire collective, peut-il être combattu par un élixir qui ferait la part belle à l'intégrité et à la modestie ? Oui… Trois fois oui ! Certes, il se sent parfois bien seul, le naufragé (et c'est là que cesse l'intérêt dans la comparaison, puisque si le vrai Robinson peut avoir le réconfort d'un peu de silence, la cacophonie médiatique nous prouve que le bruit fait un excellent « isolant intellectuel ») ; seul donc, mais libre de braquer sa longue-vue où bon lui semble à l'horizon, sans le doigt insistant de ceux qui savent mieux que les autres pour lui indiquer une direction ! Sur son île déserte, le naufragé-citoyen doit réapprendre par lui-même les « gestes-qui-font-vivre », loin de l'état de passivité absolue dans lequel flotte le consommateur-modèle.

Creuser pourrait être un de ces gestes salutaires. Pour se protéger d'un soleil trop ardent par exemple… La superficialité tue à petit feu. Alors creuser, voilà qui pourrait permettre d'aller plus profondément, par-delà les apparences trompeuses ; par-delà des concepts répétés à l'envi mais sans chair, sans réalité humaine pittoresque ; fouiller en nous-mêmes comme des archéologues, pour retrouver la racine de quelques préjugés tenaces, des indices de notre spontanéité, et puis peut-être des matériaux anciens qui permettent le dialogue, la réflexion entre des cultures qui souvent se côtoient sans avoir le temps de se comprendre.

« Culture », le mot vaste comme un océan est lancé ; et si aujourd'hui le navigateur sur son frêle esquif a le sentiment de s'y perdre et s'y sent vulnérable, il pourrait s'inspirer de l'esprit ancestral de peuples grands navigateurs, qui parcoururent naguère des océans comme le Pacifique, sur leurs pirogues à balanciers, avec pour repères les étoiles et la science des courants marins… En espérant que notre radeau accueille un instant dans son sillage d'autres navires aventuriers, pour une croisière sans autre conquête qu'une meilleure connaissance de soi-même, de l'autre et du monde !

Dernière modification le dimanche, 05 mars 2017 00:36

Les plus consultés

Rencontre avec Guillermo Pisano

Le réveil de Médiagonal

05 Mar 2017 Éditorial

Les trésors de Zarathoustra